13/11/2007

Le libéralisme outrancier et nous (3)

Donc nous voilà face à un dilemne moderne...

En théorie donc, soit nous acceptons le licenciement "préemptif" (et avec un peu d'espoir... partiel) pour accroître le rendement de l'entreprise, soit nous prenons le risque de voir cette dernière s'effondrer, ce qui est un risque de faillite et de licenciement total.

Après les divers exemples de baisse des salaires en échange d'une bien hypothétique "garantie d'emploi", voici donc l'opposé: le jeu de la chaise musicale, accepter de voir disparaître l'un ou l'autre collègue dans l'espoir de conserver son emploi. Et risquer de faire partie de la charette!

Nous voilà sans doute redescendus au plus bas de la pyramide de Mazlov???

08:13 Écrit par Le Vieux dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.